Les avantages et inconvénients d’une pompe à chaleur

pompe à chaleur

Publié le : 11 janvier 20235 mins de lecture

Choisir son système de production de chaleur n’est pas forcément une mince affaire avec de simples connaissances de base dans la thermique, du moins pour choisir le système de chauffage le plus performant. Avez-vous entendu parler de la PAC ? Ce système peut convenir pour votre logement en prenant en compte les différents avantages et inconvénients de cette technologie.

La PAC : une technologie économique et écologique

Pourquoi ne pas installer une pompe à chaleur à Caen ? Du moins, à Caen comme ailleurs, un des principaux avantages de la PAC est l’économie générée par cette technologie en l’installant par un professionnel dans votre logement pour la dimensionner parfaitement à vos besoins en chaleur.

La PAC est, en effet, une solution de système de chauffage à la fois économique et écologique car elle valorise les calories au cœur même de sources de chaleur gratuites et non polluantes comme le sol, l’air ou l’eau. Un autre fluide compose la PAC et va emmagasiner l’énergie pour la transmettre à votre réseau de chauffage et d’ECS. Ce duo de source de chaleur et de transporteur de chaleur compose les différents types de pompes à chaleur qui sont présentes sur le marché. Il existe alors des PAC air/air, air/eau, eau/eau ou encore géothermiques. Le chauffe eau thermodynamique fonctionne aussi sur le même principe.

Avant de choisir votre PAC, observez le COP (coefficient de performance) ou QCOP (coefficient de performance saisonnier). Privilégiez des COP de 4 à 5 qui sont considérées comme des PAC performantes. Ce COP correspond au rapport entre l’énergie produite et consommée. Un COP de 5 signifie que 5 unités d’énergie sont produites pour 1 kWh d’électricité consommé.

Côté impact écologique, le système pollue lors de sa fabrication, du transport mais peu voir quasiment pas en termes d’utilisation. Aucune énergie fossile n’est valorisée et les rejets de CO2 sont quasi nuls et de NOx sont nuls. Seul le fluide frigorigène qui est utilisé pour capter l’énergie de la source extérieure peut favoriser l’effet de serre, mais la réglementation sur ces fluides se durcit d’année en année. Le Global Warming Potential les classe selon leur potentialité à favoriser l’effet de serre. Certains ont été retirés du marché.

Une bonne durée de vie qui dépend de son entretien et de son dimensionnement

La durée de vie d’une PAC correspond à son fonctionnement viable pour vous fournir de l’énergie de manière efficace, rentable et sécurisée. En deçà d’un certain rendement, le système est déterminé comme en fin de vie par votre installateur. Si la PAC devient moins rentable qu’un système classique de chaudière, elle peut être considérée comme en fin de vie ou du moins à changer.

Cette durée de vie tourne autour des 10 à 15 ans voire même 20 ans. Elle est toujours spécifiée sur la garantie constructeur mais dépend de la PAC choisie, de son dimensionnement et de son installation de base, de son entretien réalisé correctement ou encore de son utilisation. Côté entretien, une maintenance annuelle avec un professionnel habilitée est nécessaire comme avec porin.fr. Mis à part un nettoyage de l’unité centrale et un simple regard vigilant sur la pression, aucun entretien n’est à réaliser soi-même pour maximiser la durée de vie de sa PAC. Il suffit d’être vigilant au niveau de ses contrats d’entretien comme pour des dépannages ou des entretiens de sa plomberie ou de toiture par exemple. C’est la clé de la durée de vie de son installation.

Quelques inconvénients de la PAC : entre performances qui varient et lieu idéal pour l’installer

La durée de vie d’une PAC est assez conséquente en fonction de son entretien, mais aussi de son dimensionnement et de son lieu d’installation. En effet, trouver l’emplacement parfait pour l’unité extérieure de sa PAC n’est pas si simple. Cette unité fait du bruit et déranger le voisinage n’est pas envisageable. L’emplacement répond aussi à des exigences de performance comme la présence de soleil ou d’être à l’abri du vent et des zones humides.

Les performances peuvent aussi varier en fonction des conditions climatiques étant donné que la PAC prend son énergie dans des sources extérieures comme l’eau ou l’air. Selon les PAC, des températures en dessous des – 10 °C peuvent diminuer l’efficacité de l’installation.

Finalement, l’ultime inconvénient non négligeable est le coût de l’installation, encore plus pour des PAC géothermiques à capteurs verticaux. L’investissement varie en moyenne autour de 15 000 €. Le choix d’une PAC s’anticipe en termes de budget. Les PAC géothermiques sont les plus coûteuses tandis que des PAC air/air peuvent se trouver autour des 2 000 €. En outre, sachez que de nombreuses aides du gouvernement existent.


Plan du site